Histoire de stade

L’histoire du Stade Geoffroy-Guichard

Geoffroy-Guichard

IL ÉTAIT UNE FOIS LE STADE GEOFFROY-GUICHARD

Inauguré le 13 septembre 2021, le stade Geoffroy-Guichard vient de fêter ses 90 ans. L’occasion pour l’équipe de Trincamp de remonter dans l’histoire de ce stade mythique. Un stade qui a connu bien des changements dans son histoire, mais qui n’aura jamais, contrairement à de nombreux clubs de France et d’ailleurs, changé de nom.

 

Geoffroy-Guichard

D’un stade omnisports à un stade à l’anglaise

Lorsqu’en 1931, Pierre Guichard et le comité directeur de l’ASSE s’intéressent à une sorte de terrain vague situé sur la route de Saint-Héand, ils ne s’imaginaient sûrement pas que cette surface de 38.000 mètres carrés allait devenir quelque 40 ans plus tard un lieu de vénération. Un lieu de pèlerinage où des centaines de milliers de personnes viendraient humer l’air respiré par les verts durant leurs fabuleux exploits.

C’est en effet en 1931 que l’on trouve le point de départ des projets de construction d’un stade. Le terrain en question appartenait à la famille de Rochetaillée qui souhaitait vendre. Geoffroy Guichard, père fondateur de Casino, s’en porte acquéreur au prix fort pour mieux le céder à des conditions préférentielles à l’ASSE. Mais le club stéphanois est pauvre. Il n’est pas question pour lui de pouvoir réaliser un effort aussi important. Pierre Guichard lance alors une souscription publique et dépose les statuts d’une société anonyme “Les Amis du Sport”. En moins de deux mois le capital se monte à 600.000 F apportés par de gros souscripteurs mais aussi et surtout par des gens modestes. Les sociétaires, à l’issue de la première réunion, décident de nommer le futur stade du nom du patron de Casino : Geoffroy-Guichard.

 

____________

 

La première tribune: 700 places

Les travaux sont effectués par des spécialistes qui avaient sorti de terre le stade olympique de Colombes, une référence à l’époque. Les près marécageux deviennent rapidement une surface lisse et verte. Le terrain de football prends corps avec sur son pourtour une piste d’athlétisme. Une tribune est construite en béton armé et sans poteau pour ne pas gêner la visibilité. Elle compte alors 700 places assises. Dessous sont configurés les vestiaires, douches, bureau et logement du gardien. Une main courante est aménagée pour les spectateurs. Le 13 septembre 1931 c’est l’inauguration du stade Geoffroy-Guichard. Cette journée est placée sous le signe du sport. L’athlétisme, le rugby avec l’AS Montferrandaise sont à l’honneur mais le plat de résistance est offert par la jeune équipe de l’ASSE face à l’AS Cannes, demi-finaliste de la Coupe de France.

Mais très vite Pierre Guichard comprend que l’engouement pour le football à Saint-Etienne passe nécessairement par la grande aventure du professionnalisme. Il pose la candidature du club qui est acceptée le 26 juin 1933. L’équipe est affectée à la deuxième division groupe sud et se lance à l’assaut avec des joueurs comme Rijvers, Locke, Chalvidan, Henric, Boutet ou encore Veyssade. Des débuts couronnés de succès puisque l’équipe termine seconde de son groupe. Cette notoriété soudaine provoque l’engouement espéré. Des travaux d’agrandissement s’imposent pour accueillir le public.

En 1936, la tribune d’honneur est agrandie par deux ailes latérales. Deux ans plus tard, on installe un mur de clôture et des guichets du côté de la rue de la Tour. On aménage aussi des buttes en terre derrière les buts pour rassembler le public et créer ce qu’on appelle alors “les populaires”. Enfin, une nouvelle tribune couverte est bâtie, en bois, face à la tribune d’honneur : la tribune Henri-Point. Ce nom rend hommage à un ancien dirigeant de Casino et ami de Geoffroy Guichard, décédé assez jeune et passionné de rugby. La capacité du stade est alors de 15.000 spectateurs.

 

Histoire du stade Geoffroy-Guichard
Stade Geoffroy-Guichard - Années 1940 - Photo d'archives Le Progrès

Un stade à l’anglaise

Il fallut quand même attendre 1957, c’est-à-dire l’année du premier titre de champion de France de l’ASSE pour que l’on procède à la modernisation des installations. La piste d’athlétisme est supprimée afin d’augmenter la capacité du stade Geoffroy-Guichard. Le terrain est revu et corrigé, et les virages rectifiés. D’un stade en forme d’ellipse on passe à un stade rectangulaire. Enfin, les tribunes populaires sont revus et le stade peut ainsi accueillir plus de 30.000 spectateurs. Geoffroy-Guichard a pris forme. Il ressemble aux stades britanniques et ne changera pas de structures. Les travaux sont effectués par la Société forézienne de travaux publics dont son patron n’est alors qu’un supporter de l’ASSE mais aussi le président de l’Olympique de Saint-Etienne, un certain Roger Rocher.

 

 

Stade Geoffroy-Guichard
Stade Geoffroy-Guichard - 1961 - Photo d'archives Le Progrès
Geoffroy-Guichard
Stade Geoffroy-Guichard - Années 60 - Photo d'archives ASSE

Henri Point, la couverture des gradins et la maison verte

Cela dit, en dépit des premiers succès de l’équipe, le stade n’est pas encore une affaire rentable et les dirigeants de l’ASSE parviennent à convaincre Pierre Guichard de céder ce bien à la ville, en 1965, à charge pour elle de procéder aux travaux de modernisation. Immédiatement, en guise de contrat de confiance, la ville débloque des fonds pour les installations électriques. Quatre pylônes sont érigés afin d’assurer un éclairage de 635 lux au sol. Du haut de leur 60 m de hauteur, ils perdureront jusqu’à la coupe du monde 1998.

Trois ans plus tard, en 1968, la ville de Saint-Etienne construit la nouvelle tribune Henri-Point et procède à la couverture des gradins debout. Tout cela est réalisé en 6 mois. Le stade Geoffroy-Guichard a désormais pris son visage actuel ou presque. Il n’en changera plus et le jour du match de coupe d’Europe contre le Celtic de Glasgow, le 18 septembre 1968, Roger Rocher et Michel Durafour, maire de Saint-Etienne, offrent sur la pelouse le champagne aux ouvriers et techniciens. Les Verts s’imposent en plus 2-0 lors de cette inauguration. C’est le premier gros succès de Verts dans un stade qui va devenir “le chaudron”.

La municipalité qui sait combien la coupe d’Europe peut favoriser l’économie de la région fonce derrière le stade Geoffroy-Guichard. En 1972, elle répond favorablement à la demande du président Roger Rocher d’asseoir le club dans ses meubles comme le font les grands clubs européens. Ainsi, elle investit pour donner à l’ASSE un siège adapté à sa grandeur. La maison de verre, bâtiment administratif et sportif, est construite adossée à l’arrière de la tribune d’honneur. On y trouve donc les bureaux administratifs mais aussi la salle de réception, la salle des trophées, un bar et même un restaurant. Enfin, le dernier étage accueille le centre de formation. Les jeunes joueurs vivent ici et non plus dans les appartements loués en centre-ville. Les joueurs professionnels bénéficient aussi des nouvelles installations. Les vestiaires sont modernisés et une salle de musculation est installée.

 

Pylones Geoffroy-Guichard
Geoffroy-Guichard
Stade Geoffroy-Guichard
La Maison verte - 1975 - Archives Le Progrès
Siège stade Geoffroy-Guichard
stade Geoffroy-Guichard
Stade Geoffroy-Guichard
Inauguration de la Maison Verte - 1972 - Archives Le Progrès

En 1977, au lendemain de la grande épopée des Verts, Roger Rocher, inspiré une nouvelle fois des grands clubs britanniques, fait construire la toute première boutique dédiée à ses supporters. Comme un symbole, la “boutique des Verts” est inaugurée lors de la visite de Manchester United. C’était le 14 septembre 1977, pour un match de coupe des Coupes, en outre mouvementé, côté tribunes.

Enfin, en 1979, les gradins des tribunes situées derrière les buts sont reconstruits en béton, la pente est accentuée et 3 000 places supplémentaires sont aménagées. Saint-Etienne se trouve dès lors à l’avant-garde des réalisations de ce type en France mais on sait que bientôt grâce au championnat d’Europe des nations de 1984, le stade Geoffroy-Guichard va encore connaître des transformations importantes.

 

 

 


Euro 84

Prolongement des tribunes Nord et Sud et nouvelle tribune d'honneur

strapontin stade Geoffroy-Guichard
Stade Geoffroy-Guichard
Stade Geoffroy-Guichard - 1989 - Photo Jean-Louis Dubois

Rénovation pour l’Euro 84

D’important travaux débutent en décembre 1982 en vue d’accueillir l’Euro 1984. Pour cela, on prolonge les tribunes Nord et Sud. 20% des gradins debout, ceux situés dans la partie supérieure, sont supprimés pour laisser la place au départ des nouvelles tribunes destinées à offrir quelques 7.300 places assises.

Le grand chambardement a lieu du côté de la tribune d’honneur, actuelle tribune Pierre Faurand. La Maison verte disparaît et la tribune est reconstruite. Le toit des gradins sud est refait en plexiglas afin de laisser les rayons du soleil réchauffer la pelouse même en hiver. Les panneaux lumineux sont changés et deviennent électroniques pour afficher les scores et les compositions d’équipes. La capacité est portée à 48.274 places. Les travaux prennent fin en février 1984. Deux matchs de l’Euro 84 se déroulent dans l’enceinte rénovée dont le France-Yougoslavie où l’ancien joueur stéphanois Michel Platini inscrit un triplé.

C’est lors de cette période que les quatre tribunes de Geoffroy-Guichard sont baptisées. La tribune d’honneur devient la tribune Pierre-Faurand, en hommage à l’ancien président du club de 1952 à 1959, et décédé en 1977, avec qui le club a gagné ses premiers titres. La tribune Sud est nommée Jean-Snella, du nom de l’ancien entraineur qui a posé les premières pierres du club de 1950 à 1959 puis de 1963 à 1967. La tribune Nord est renommée Charles-Paret, du nom de l’ancien secrétaire général du club de 1950 à 1977. Enfin, la tribune Henri-Point reste inchangée.

 


Mondial 98

La fin des tribunes debout et l'arrivée des marches et des fessiers

siège stade geoffroy-guichard
Geoffroy-Guichard 1998
Stade Geoffroy-Guichard - 2011 - Claude Essertel

Rénovation pour la Coupe du monde 98

Le 18 octobre 1994, le stade est officiellement choisi par le comité d’organisation pour accueillir six rencontres de la coupe du monde 1998. Le stade doit subir d’importants travaux pour être aux normes FIFA pour un coût de 100 millions de francs (15 millions d’euros), plus 60 millions (9 millions d’euros) pour les abords du stade. L’adaptation du stade aux normes de la FIFA impose aux architectes quatre tribunes distinctes entre lesquelles il est impossible de circuler, alors que jusque-là seul un grillage d’enceinte encerclait le stade, permettant d’accéder à n’importe quelle tribune une fois entré dans le stade. Les places doivent toutes désormais êtres assises y compris dans les tribunes situées derrière les buts.

Les travaux débutent en mai 1996. Du 13 mai au 17 juillet, la pelouse est refaite et le terrain passe de 116 à 122 mètres de longueur permettant désormais l’organisation de match de rugby et des concerts. En décembre 1996, les travaux des Kops sont terminés : les places debout sont remplacées par des marches et des fessiers. Les fameux fessiers verts sur lesquels les Magic Fans et Green Angels se tiennent debout. Les filets de protections et grillages sont remplacés et on installe de nombreuses caméras permettant de surveiller l’intégralité des tribunes. Les loges et vestiaires de la tribune Pierre Faurand sont refaits à neuf début 1997 et un balcon de 3 000 places est ajouté dans la tribune Henri Point, qui n’avait pas subi de modifications pour l’Euro 84.

Parmi les grands changements de cette rénovation on trouve aussi la suppression des quatre célèbres pylônes d’éclairage. Ceux-ci sont remplacés par 192 projecteurs installées sur chacune des quatre tribunes. Enfin, chaque tribune est desservie par une billetterie particulière, et dispose de ses propres sanitaires et de sa buvette.

Ce nouveau stade d’une capacité de 35.616 places est inauguré le 12 mai 1998, un mois seulement avant le début de la compétition, lors d’un match opposant les équipes Espoirs de la France et du Brésil. Le trophée de la coupe du monde est présenté à cette occasion aux 20.000 spectateurs présents.

 

 

Geoffroy-Guichard 1998
Stade Geoffroy-Guichard - 2011 - Claude Essertel

Boutique de Souvenirs

Pour conclure cet article de la plus belle des manières, rien de mieux que de vous présenter des objets témoins de l’histoire du stade Geoffroy-Guichard. Des années 1970 aux années 2000, ces objets ont traversé les époques et certains sont de véritables trésors. Ils ont connu les vendeurs à la sauvette du début des années 70, mais aussi la première boutique des Verts située aux abords de la tribune sud. Certains, plus récents, étaient vendus derrière le comptoir de la boutique de la tribune Nord avant de remplir les étalages de la Boutique des Verts actuelle.

 

Serviette de plage ASSE – Jean Michel Larqué – 1981

70

Fanion ASSE – Coupe d’Europe 1974-1975 – Hajduk Split

Siège stade Geoffroy-Guichard – Tribune Pierre Faurand – 1979

200

Fanion ASSE – Coupe d’Europe 1974-1975 – Ruch Chorzow

30

Siège stade Geoffroy-Guichard – Tribune Pierre Faurand – 1984

80

Fanion ASSE – Coupe d’Europe 1975-1976 – Glasgow Rangers

30

Strapontin stade Geoffroy-Guichard – Tribune Pierre Faurand – 1998

90

Casquette ASSE panthère – 2000

19

Banane ASSE vintage Allez les verts – Années 90

29

Accessoire voiture ASSE vintage – 1980

40

Drapeau Allez les verts ASSE – 1995

20

Bandana ASSE vintage panthère noire – 1988

30

Béret ASSE vintage – 1995

30

Drapeau ASSE vintage étoile – 1995

40

Drapeau ASSE vintage panthère noire – 1988

60

Écharpe ASSE vintage Super Télé – 1979

80

Veste ASSE Puma vintage 1993 – Taille XL

110

Livre ASSE vintage – Connaissance de l’ASSE – 1981

30

Siège stade Geoffroy Guichard ASSE – Tribune Pierre Faurand

80

Siège stade Geoffroy Guichard ASSE – Tribune Inconnue

80

Cendrier Casino Cafétéria Saint-Etienne marron

15

Drapeau ASSE Asics Palmarès Saint-Etienne saison 1999-2000

39

Affiche Coupe du Monde 1998 Saint-Etienne

30

One thought on “L’histoire du Stade Geoffroy-Guichard

  1. BEAUNE Christian dit :

    Génial super article très détaillé et où nous sommes plongés dans la fabuleuse épopée des VERTS.
    Continuez ainsi ces reportages très complets, qui nous donnent envie de découvrir et d’acheter ces magnifiques objets de collection « TRINCAMP »
    Félicitations pour cet immense travail.
    Un fervent supporter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *