Histoires d'objets

Il était une fois la mascotte Footix

Mascotte Footix

IL ÉTAIT UNE FOIS LA MASCOTTE FOOTIX

Souvent décrié, jamais égalé, le petit coq bleu et rouge demeure la dernière mascotte à avoir marqué les esprits des Français. La mascotte Footix de la Coupe du monde 98 est en effet devenue, par le sacre des Bleus et son détournement péjoratif qui s’en est suivi, l’une des mascottes les plus célèbres et les plus mémorables des compétitions de football. Sur Trincamp, nous vous proposons aujourd’hui un retour sur l’histoire de Footix, la célèbre mascotte du Mondial 98.

Mascotte Footix

L’HISTOIRE DE FOOTIX

Dévoilé le 26 octobre 1996, Footix a été créé par Fabrice Pialot, illustrateur spécialisé dans l’univers enfant pour de grandes agences de design français. C’est lui et l’agence Dragon Rouge, qui ont répondu à un appel d’offres de la FIFA et remporté la mise. Footix était opposée en finale à deux propositions: un autre coq, mais dans une veine plus BD, et Globi, un drôle de petit bonhomme footballeur. Si le succès de Footix a été tel, au-delà du fait que l’équipe de France remporta la Coupe du monde, c’est aussi car cette mascotte était réfléchie telle un produit marketing. La mascotte Footix a en effet été créée pour que les enfants l’apprécient et puissent facilement la redessiner.

Le nom Footix fait référence au stéréotype sur les Gaulois, inspiré de la bande dessinée Astérix, dont les noms se terminent toujours par « -ix ». Il a été soumis au vote des Français par minitel et téléphone à partir du 13 novembre, et avait remporté 47% des 18 500 suffrages, face aux autres propositions : Gallik, Houpi, Raffy et Zimbo.

L’opération marketing pouvait alors commencer. Le public jeune et sportif est visé : la mascotte apparaît dans “Le club Dorothée”, dans les tribunes du stade de l’Abbé-Deschamps – les Auxerrois sont champions de France en titre –, dans “Téléfoot” mais aussi à l’émission de Jean-Pierre Foucault, “Les Années tubes”. Très vite, le “sympathique gallinacé dodu”, comme le décrit Le Monde, envahit les rayons des supermarchés – yaourts, biscuits, fromages, préservatifs. On le trouve partout. T-shirts, casquettes, sacs, mugs… Mais malgré tout ces efforts, le taux de notoriété de la mascotte Footix ne décolle pas à l’aube de la Coupe du monde.

Pour lire plus en détails l’histoire de Footix, c’est ici.

Mascotte Footix

LES PRODUITS DÉRIVÉS FOOTIX

Plus de 20 ans après la Coupe du monde 98, les produits dérivés Footix sont de plus en plus appréciés des supporters et collectionneurs qui voient en Footix l’ambassadeur d’une époque sacrée pour le football français. En effet, quoi de mieux que le personnage de Footix pour faire remonter à la surface les souvenirs glorieux de son enfance. En tout cas, sur Trincamp, nous sommes friands des accessoires et autres produits dérivés à l’effigie de Footix. Il représente une belle période de l’équipe de France, une belle page de notre enfance. C’est pourquoi, nous ne résistons pas à vous en proposer au maximum dès que l’opportunité se présente.

Bouteille Coupe du monde 1998 Bordeaux – 1997

30

Chaussures France 98 licence officielle – 45

70

Montre Footix vintage France 98 – 1998

50

Peluche Footix France 98 – 1998

15

Montre équipe de France FFF Calcio Swiss cuir – 1999

40

Service à café FFF équipe de France – 1990

29

Coussins Footix France 98 – 1998

40

Sac équipe de France vintage FFF – 1997

25

Drapeau Footix France 98 – 1998

10

Écharpe Footix France 98 – 1998

10

Polo France 98 vintage Adidas – Taille XL

60

Verres Euro 2000 équipe de France – McDonalds

15

Verres France 98 Luminarc Footix – 1998

20

Polo FFF Adidas France 98 – Taille L

49

Journal L’Equipe Euro 2000 – 2 juillet 2000

20

Affiche officielle Coupe du Monde 1998

40

L’EXPRESSION FOOTIX

Après l’épopée victorieuse des Bleus, Footix est devenu une expression à part entière, une expression péjorative pour qualifier ces nouveaux supporters pris subitement de passion pour le football. Pour trouver son origine, il faut remonter en 1997, lorsqu’Aimé Jacquet, maltraité par la presse française et plus particulièrement L’Equipe, est loin d’avoir les faveurs de l’opinion publique. Alors, quand débute la Coupe du monde, rares sont les Français à croire un instant au chance française, préférant idolâtrer Ronaldo et la grande Seleção. Rares sont ceux également, dans un pays à faible culture footballistique, à s’intéresser tout simplement à la compétition.

Mais les victoires françaises sont là et, au fil des matchs, de plus en plus de français retournent leurs vestes et se mettent à y croire. Si bien qu’en finale contre le Brésil, c’est toute la France qui soutient enfin les Bleus et son sélectionneur si longtemps critiqué. Alors, en voyant un tel engouement et une telle ferveur s’envahir soudainement en France, les plus fidèles supporters, ceux de la première heure, se mettent à qualifier de Footix ces nouveaux supporters opportunistes. Très vite, après l’épopée victorieuse des Bleus, l’expression Footix se développe dans le milieu des supporters ultras, surpris eux-aussi de voir l’arrivée massive de nouveaux supporters dans leur stade. À leur yeux, ces supporters n’ont pas d’attachement sincère au club et sont portés par cette nouvelle tendance de fréquenter les stades.

Aujourd’hui, l’expression Footix est passée dans le langage courant. Elle est utilisée pour parler de quelqu’un dont les connaissances et la culture foot sont limitée mais aussi pour qualifier ces supporters qui supportent leur équipe seulement lorsqu’elle gagne et disparaissent dès le moindre faux pas. Plus récemment, beaucoup de supporters ont qualifié de Footix et parfois Qatarix, ces Français devenus supporters du PSG depuis l’arrivée du Qatar et des grands joueurs.

Si l’expression Footix est apparue en 1998 en France, le phénomène quant à lui n’est pas nouveau et dépasse les frontières. En Angleterre, on parle souvent de “glory hunters” pour qualifier les personnes qui supportent les meilleures équipes de Premier League. Par exemple, les fans de Man United étaient régulièrement appelés Glory Hunters au moment où le club raflait tous les titres et que l’accent mancunien s’entendait peu à Old Trafford. On parle aussi de “plastic fan” pour qualifier des personnes qui ne regardent presque jamais leur équipe jouer et n’ont aucune connaissance de l’histoire, de la culture ou des chants de leur club. Enfin, aux États-Unis, c’est le terme “Bandwagoner” qu’on utilise dans le jargon sportif pour jeter l’opprobre sur quelqu’un supportant l’équipe victorieuse du moment.

Pour lire un article plus détaillé sur la question, je vous invite à vous rendre ici.

Mascotte Footix

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *