Histoires

Vidal-Defour, premier fabricant d’écharpe de football

écharpe de football

VIDAL-DEFOUR

Premier fabricant d'écharpe de football

Tendue à bout de bras par des milliers de personnes en même temps, l’écharpe de football colore et anime chaque week-end les stades et les tribunes. Pourtant, ce n’est qu’à partir de 1970 que cet accessoire s’est développé en France. Grâce à un homme, Jacques Vidal, et à une entreprise, Vidal-Defour, pionniers dans la fabrication d’écharpes de football personnalisées. Alors, pour le plus grand bonheur des collectionneurs et autres fanatiques du précieux morceau d’acrylique, voici la fabuleuse histoire de l’écharpe de football tissée Jacquard.

écharpe de football
"En 1974, j'ai assisté à un match de football important en Angleterre. Et j'ai vu plein d'écharpes dans les tribunes. Mais elles ne comportaient que les couleurs du club."
Jacques Vidal

Du ruban à l'écharpe de football personnalisée

Fondée en 1882 à Saint-Didier-en-Velay (Haute-Loire), l’entreprise Vidal-Defour fabriquait à l’origine des rubans pour les chapeaux des dames et les vêtements des messieurs. Mais suite à la crise de la rubanerie dans les années 1930, les mœurs évoluant, l’entreprise s’est orientée dans la fabrication d’écharpes tissées, de toutes sortes. Une activité qui prendra une toute autre dimension, au début des années 1970, sous l’impulsion de Jacques Vidal, arrière petit-fils de Monsieur Defour, père fondateur de l’entreprise.

Jacques Vidal, alors en charge de l’exportation, doit se faire un prénom dans l’entreprise familiale. Si les Établissements Vidal-Defour sont déjà reconnues dans le monde de la mode et fabriquent des écharpes et des foulards pour Dior, Paco Rabanne mais aussi pour des grands magasins comme les Galeries Lafayette, ils n’exportent pas assez à l’international. Alors, c’est au cours d’un voyage d’affaire et au hasard d’un match de football, que Monsieur Vidal eut l’idée qui contribua certainement à la renommée de l’entreprise. Fabriquer, en quantité, sur métiers Jacquard, des écharpes personnalisées aux couleurs des clubs, qui seraient vendues par ces derniers à leurs supporters.

 

« En 1974, j’ai assisté un match de football important en Angleterre et j’ai vu plein d’écharpes dans les tribunes. Elles étaient en laine et ne comportaient que les couleurs du club. Il n’y avait pas d’image de marque. On sentait qu’elles étaient tricotées à la main par la mère ou la grand-mère. Alors, comme j’avais des métiers Jacquard sur lesquels on faisait des écharpes pour l’exportation et les grands magasins, j’ai proposé ce projet à l’AS Saint-Etienne ».

écharpe de football

L'écharpe Zigzag, la première écharpe de football.

Au début des années 70, ce sont les Membres Associés, devenus aujourd’hui les Associés Supporters, qui sont en charge du merchandising du club. L’association participe alors au rayonnement de l’ASSE dans toute la France. Elle organise les premiers déplacements de supporters et met en place un phénomène nouveau pour l’époque: les produits dérivés. Alors, quand Monsieur Vidal parle de fabriquer une écharpe de football personnalisée, les Associés sont plus que séduits par le projet et heureux d’ajouter un nouveau gadget à leur collection jusque-là limitée à deux produits.

« Je rencontre le président des Associés Supporters, Georges Elbeck, et je lui explique ma proposition. Il me demande alors 200 écharpes. Je lui dis que c’est pas possible. Pour en faire une, ça me coûte 5000 francs. Il faut faire une maquette, la mettre en carte sur le papier millimétré, après il faut perforer le carton Jacquard qui va faire marcher le métier, il faut ourdir la chaine… C’est un travail important. Je lui dis qu’il en faut au moins 500 pour avoir un prix d’achat raisonnable et donc un prix de vente raisonnable. Il en commande donc 500, un peu inquiet, mais très vite il repassera commande. »

écharpe ASSE 76
écharpe ASSE 76

Dessinée par George Bergeron et lancée en 1974, l’écharpe Zigzag, aussi appelée l’écharpe Roger Rocher, ne tardera pas à se faire connaître à Saint-Étienne. Mais c’est une photo qui fera réellement décoller les ventes.

En effet, le jour du huitième de finale aller contre Kiev, le 23 octobre 1974, une photo des Verts fait la une de la Tribune Le Progrès. On y voit les Verts, prêts à monter dans leur avion à destination de Kiev, portant autour du cou la fameuse écharpe verte frappée de la panthère. C’est George Elbeck, président des Associés, qui avait eu cette brillante idée pour gonfler les caisses. Pari gagnant, suite à cette publication, l’écharpe des Verts s’arrache chez les supporters. Il faut dire aussi, qu’après le match retour contre Kiev, l’épopée de l’ASSE venait tout juste d’être lancée.

 

écharpe de foot

La fameuse  photo publiée en une de La Tribune Le Progrès, le 23 octobre 1974.

 

"Cette écharpe a eu un succès extraordinaire. On la voyait partout, dans les journaux, à la télévision, au cinéma. Pendant l'épopée de 1976, la production est montée jusqu'à 16 000. Mais on aurait pu en vendre bien plus. Le problème c'est que les Associés attendaient de vendre le dernier carton pour me passer commande."
Jacques Vidal

Le développement de l'écharpe de foot personnalisée.

Très vite, l’écharpe Zigzag fait des émules dans la France entière et chaque club commence à vouloir sa propre écharpe. Si bien qu’à la fin des années 80, tous les clubs de première division ont leur écharpe en acrylique, qui reprend, très souvent, le célèbre motif en zigzag, dessiné par Monsieur Bergeron.

« Les clubs appelaient l’AS Saint-Étienne pour savoir où il fabriquait l’écharpe. Il donnait mon adresse et cela me permettait d’avoir de nouveaux clients. Le problème c’est que je n’y connaissais rien en football. J’ai dû m’abonner à Onze pour suivre les résultats et développer la vente de mes écharpes ».


À la fin des années 80, une nouvelle forme de supportérisme, venue d’Italie, se développe en France. Le mouvement ultra. Jacques Vidal confectionne alors les premières écharpes de ces groupes qui y voient un merveilleux support pour véhiculer leur identité et récolter de l’argent pour la confection d’animations visuelles. Les Gavroches à Paris, les Ultras Auxerre, les Magic Fans ou encore les Green Angels à Saint-Étienne, pour ne citer qu’eux, font produire alors leurs écharpes en Haute-Loire. Ces modèles, produits en faible quantité à l’époque, sont devenus des pièces rares et très recherchés par les collectionneurs.

écharpe de foot
écharpe de foot
écharpe de foot

Mise en carte sur papier millimétré de deux écharpes de supporters de l’ASSE : la première écharpe du Fan Club ASSE et la toute première écharpe des Green Angels alors situés  en Kop Nord à l’époque.
Photos: Trincamp

 

Fabricant des écharpes des grandes compétitions.

Lors de la Coupe du Monde 1978, l’industrie du textile bat à plein régime. Depuis que l’ASSE a engendré des vocations et fait vibrer les foules, certaines entreprises ont suivi le vent. Une maison anglaise, la West Nally, achète tous les droits de la Coupe du Monde, en ce qui concerne la fabrication des vêtements et autres gadgets l’accompagnant. Elle redistribue ensuite les licences de fabrication dans le monde entier.

En France, Duarig fabrique les sacs à l’effigie du Mondial, tandis que Vidal-Defour ajoute une nouvelle écharpe et un nouveau bonnet à sa panoplie. En effet, en 1977, grâce à de nouveaux métiers, l’entreprise avait lancé le premier bonnet Jacquard dont 16 clubs de première division avait déjà profité. Pour le Mondial 82 en Espagne, Jacques Vidal sort même de nouveaux modèles aux couleurs de l’équipe de France.

 

Écharpe ASSE 76 vintage - Allez les Verts
écharpe de foot

L'écharpe de football à Marseille.

L’une des autres écharpes les plus célèbres de France se trouve du côté de Marseille et a été lancée par le Club Central des Supporters, dans les années 70, peu après celle de l’ASSE. Son fondateur, Jacques Pelissier, ayant eu vent de la qualité des écharpes Vidal-Defour, fait venir Monsieur Vidal dans sa fameuse Brasserie des Alliés pour confectionner la toute première écharpe de l’OM. Celle-ci reprend le design en zigzag et affiche l’un des plus beaux symboles de Marseille : la Bonne-Mère.

"J'avais acheté une carte postale de Notre-Dame-de-la-Garde pour créer un côté de l'écharpe."
Jacques Vidal
écharpe OM vintage
écharpe OM vintage

Plus tard, lors de la fameuse coupe d’Europe 1993, un commerçant qui avait été accrédité par l’OM et qui avait une boutique à Marseille, passe la plus grosse commande jamais réalisée pour Vidal-Defour.

« Il m’a commandé trois dessins par 15 000, donc 45 000 écharpes. Cela a été ma plus grosse commande. Mais douze mois après, il me dit: « écoutez je vais être franc avec vous, je les achète en Italie, elles sont moins jolies que les vôtres, de moins bonne qualité, mais je les achète moins chères et je les vends au même prix. »


C’est le début de la concurrence pour Monsieur Vidal. Car si la quinzaine de tisseurs regroupés entre Saint-Étienne et Saint-Didier-en-Velay ont toujours respecté sa création, les tisseurs étrangers, eux, ne se priveront pas de ce marché florissant. Ils viendront d’Italie, de l’Île Maurice puis d’Asie et mettront petit à petit sa société en péril.

« L’écharpe de football personnalisée m’a permis de gagner un peu de temps car la concurrence asiatique était déjà très forte sur le marché de la mode. Grâce à ce débouché, j’ai pu aller jusqu’à la retraite en 2002. Malheureusement, je n’ai pas pu revendre. »

Pourquoi une écharpe de football en acrylique ?

Les écharpes Vidal-Defour mais aussi les bonnets, quand ils sont encore bien conservés, portent souvent la fameuse étiquette Courtelle de chez Courtaulds. Il s’agit du nom de la filature et plus exactement le nom du fil acrylique utilisé pour la fabrication des produits Vidal-Defour.

« Dans les années 70, la laine qui est côté en bourse s’est mise à galoper. Il y avait eu des sécheresses en Australie. La laine devenait rare et les prix ont augmenté de 30%. Cela nous a obligés à trouver autre chose, l’acrylique, qui est une copie synthétique à base de pétrole. Elle n’a pas la même qualité mais ressemble beaucoup à la laine. »

BONUS

Historique des première écharpes de l'ASSE.

Si l’écharpe Zigzag est souvent considérée comme l’écharpe de 76 et comme l’un des plus grands symboles de cette glorieuse période, peu de personnes savent qu’elle a en réalité été produite pendant 12 ans. De 1974 à 1986. Ce qui explique qu’elle soit encore si présente autour du cou des supporters de nos jours.

Entre temps, en 1977, Monsieur Vidal propose un nouveau modèle à l’ASSE. Une écharpe plus courte de 30 centimètres, pour permettre aux nombreux enfants, venant au stade, de porter, eux aussi, les couleurs de leur club. Une idée proposée par Jacques Vidal après qu’il ait fabriqué des écharpes pour Walt Disney.

écharpe de supporters
écharpe vidal defour
écharpe vidal defour
"En 1980, les Associés souhaitaient une nouvelle écharpe mais la Zigzag avait une telle image de marque, que c'était dommage de changer. Surtout qu'à cette époque les résultats étaient moins bons. Elle a donc été produite jusqu'en 1986."
Jacques Vidal
écharpe de supporters

En 1986, le nouveau président de l’ASSE, André Laurent, souhaite avoir sa propre écharpe. Produite en deux coloris, celle-ci représentera le nouvel emblème du club ainsi que la nouvelle panthère noire. De plus, celle-ci affichera une grande nouveauté: la devise « Allez les Verts » placée pour la première fois horizontalement. Enfin, en 1992, la deuxième écharpe d’André Laurent sera lancée, la fameuse écharpe en lettres gothiques.

"J'avais remarqué que les supporters tendaient l'écharpe Zigzag, alors on a fait un lettrage qui puisse se lire quand elle est brandie."
Jacques Vidal

L'écharpe souvenir ASSE Liverpool.

Difficile de terminer cet article sans parler d’une autre écharpe qui a marqué l’histoire des Verts: l’écharpe ASSE-Liverpool de 1977. En effet, le 3 novembre 1976, après un match nul contre le PSV, l’ASSE se hisse pour la troisième année consécutive en quart de finale de la coupe d’Europe.

Pour commémorer cette confrontation qui aura lieu le 2 et 16 mars 1977 contre le grand Liverpool de Kevin Keegan, les membres associés et son président Georges Elbeck, décident de créer une écharpe « souvenir ». La deuxième écharpe officielle de l’AS Saint-Étienne après l’écharpe zigzag de 1976. Mais par crainte de ne pas écouler suffisamment d’exemplaires sur les deux rencontres, l’écharpe n’est tirée qu’à 500 exemplaires par les Établissements Vidal-Defour. Une sage décision prise par l’ASSE puisque les Verts sont éliminés au match retour à Anfield, malgré un but somptueux de Dominique Bathenay. L’écharpe souvenir devient alors celle d’un mauvais souvenir. Si bien qu’elle est encore au catalogue de la Boutique des Verts lors de la saison 1978-1979, comme en témoigne le bon de commande ci-joint.

Autre particularité de cette écharpe, en plus d’être relativement difficile à trouver de nos jours, c’est qu’il s’agit de la toute première écharpe réalisée avec des inscriptions horizontales qui pouvaient se lire quand elle était brandie.

écharpe souvenir asse liverpool
écharpe souvenir asse liverpool

Nos écharpes et bonnets Vidal-Defour.

Articles similaires qui pourraient vous plaire.

Petit rappel

Cet article, fruit d’un long travail de recherches et d’entretiens, est la propriété de Trincamp.
Nous vous rappelons que toute reproduction de son texte ou de ses photos, sans notre consentement, porte atteinte aux droits d’auteur. Il est toutefois possible de reprendre des extraits et des courtes citations, en mentionnant la source.

Retour

4 commentaires sur “Vidal-Defour, premier fabricant d’écharpe de football

  1. Deville dit :

    Ce reportage sur les écharpes Vidal était vraiment très intéressant et instructif.

    1. Trincamp dit :

      Merci pour votre commentaire Bertrand. Nous reviendrons bientôt avec d’autres sujets tout aussi passionnants.
      Dorian

  2. François dit :

    Excellent travail de recherche : merci de partager tout cela.
    A bientôt !

    1. Trincamp dit :

      Merci François. Avec grand plaisir, cette belle histoire méritait d’être connue.
      À bientôt.
      Dorian

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.